MU Architecture

MU Architecture

Ludovic Malbet, Maïra Caldoncelli Vidal & Grégoire Dubreux
Video

Ludovic Malbet (né en 1981), Maïra Caldoncelli Vidal (née en 1980) et Grégoire Dubreux (né en 1979) sont tous trois diplômés de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine. Ensemble, ils créent MU en 2009.—Si Maïra est initiée très tôt à l’architecture par un grand-père et un père architectes, Ludovic l’est au lycée grâce à un professeur d’art passionné tandis que Grégoire forge sa vocation à l’adolescence au travers de visites d’expositions et d’écoles d’architecture. Issus de la même promotion mais d’ateliers différents à Paris-Val de Seine, ils se lient d’amitié en 2001 lors de leur année d’échange à la California Polytechnic University où ils se familiarisent avec le déconstructivisme local (Morphosis, Gehry, Steven Holl). Grégoire enchaîne avec trois années à Vienne, passées à étudier auprès de Greg Lynn et Wolf D. Prix et à travailler chez Coop Himmelb(l)au, mais qu’il interrompt pour un voyage d’étude sur la densité des villes chinoises. Ludovic effectue son stage de fin d’études à l’Atelier Bow-Wow alors que Maïra se partage entre l’école, l’agence Opéra Architectes et un voyage d’étude au Brésil.Ils débutent leur vie professionnelle par des collaborations chez Search, Rev, Rh+ et Renzo Piano Building Workshop (Grégoire), Wonderland productions (Ludovic) et Archicop Groupe (Maïra). Puis en mars 2009, ils fondent à Tours leur agence Mu, référence allégorique à la légende de ce continent perdu dans le Pacifique et l’association Archima, croisant architecture et cinéma, afin de disposer de chambres d’exploration où poursuivre le plaisir de concevoir ensemble.Veillant à la mise en valeur des contextes sans en être dépendants, leurs projets, fluides et rigoureux, sont « mus » par une double appropriation, celle du territoire et du temps, composants incontournables du développement durable où la narration prend tout son sens. Ils y ménagent, par séquences, effets et surprises à destination de l’usager afin de le servir tout en l’enchantant mais aussi de lui faire ressentir la richesse du lien nécessaire entre lui et le milieu naturel. Perçue dès lors comme un terrain de jeu de l’imaginaire où chaque contrainte devient un stimulant créatif, leur architecture privilégie une certaine linéarité fédérative qu’accidentent ponctuellement des failles, elles-mêmes soulignées par les matériaux.Parachevant la dimension fusionnelle de leurs bâtiments avec le paysage, leur couverture se revendique telle une authentique cinquième façade, le plus souvent « habitée ».

Video
La ville invisible
Brasilia (Brésil)
Absorbé par l'emphase architecturale, l'esprit social du concept de Brasilia reste invisible. À la croisée de ses deux axes majeurs historiques, la gare routière occupe une position névralgique où la vie quotidienne de son peuple rencontre, voire se confronte, à la monumentalité urbaine. La redimensionnant à l'échelle de la capitale tout en la rendant appropriable par les citadins, la réponse proposée dans le cadre d'un concours d'idées sur les territoires extrêmes en soulève la couverture retraitée en un morceau de paysage s'inscrivant dans la perspective de l'Eixo Monumental. Éclairée par de généreuses trémies, sa sous-face peut sans difficulté intensifier ses activités multimodales, administratives, commerciales et culturelles. Irriguée transversalement par l'Eixo Rodiviario, cette microville toujours animée constitue ainsi un authentique trait d'union citoyen.
 
 
Localisation: Brasilia, Brésil
Programme: Reconversion de la gare routière en un noeud d’échanges sociaux, culturels et commerciaux (gare routière, commerces, services, parc urbain)
Client: Concours UIA 2005
maître d'oeuvre: MU Architecture
Superficie: 60 000 m2 (+ 4,5 ha de parc) shon

 

Video
Maison fertile
Tours (37)
Bâtie à l'époque où d'anciens maraîchages lui faisaient face, cette petite maison tourangelle rattrapée par la ville tourne le dos à la rue qui fut créée lors de la construction d'une brasserie et de son habitat ouvrier il y a un siècle et la dessert depuis. Toute en profondeur, une dent creuse mitoyenne offre l'opportunité de son extension sous la forme d'un bâtiment en retour. Tout aussi introverti à l'exception du trou noir incrusté d'une nouvelle entrée, il s'adosse à la limite parcellaire. Ce faux parallélépipède surmonté à ses deux extrémités d'un puits de lumière et du noyau de circulations s'ouvre largement sur toute sa longueur côté jardin afin que le séjour qu'il abrite en profite. Une sombre brèche biaise, si nécessaire, le parcours des hôtes directement vers l'enclos de verdure. À l'arrière d'une toile tendue, sa toiture-terrasse accueille le potager bio.
Localisation: Tours (37)
Programme: Extension et restructuration d’une maison de ville Client Privé 
maîtres d’oeuvre: MU Architecture
Superficie: 210 m2 shon
Coût: 300 000 € ht
Début du projet: 2008
livraison: 2009
Matériaux Puits canadien couplé à une VMC double
flux, bio-brique 40 cm, ardoise de récupération, apport
calorique passif, toiture potagère à forte inertie
Video
Loisirs en embuscade
Briis-sous-Forges (91)
Proches l'une de l'autre, les écoles maternelle et primaire de cette petite commune de l'Essonne ont été construites dans les clairières d'un bois.  Souhaitant leur interposer une maison de  l'enfance, le sénateur-maire en confie la  conception à Mu et Archicop Groupe qui lui  donnent la forme d'un Y : les deux branches  orientées vers les écoles abritent les activités  destinées à leurs élèves respectifs, la troisième héberge une ludothèque alors que son coeur – investi par la salle d'arts plastiques commune  – articule un vaste préau transparent. Végétalisée, sa toiture largement débordante et asymétrique s'évide de patios pour préserver les arbres existants. Les clins de bois en façade accentuent la rassurante et poétique impression de sous-bois cernant ce bosquet de loisirs ! Côté rue, une surépaisseur offre l'hospitalité à un logement social, et non de fonction.
 
Localisation: Briis-sous-Forges (91)
Programme: Construction d’un centre de loisirs
Client: Commune de Briis-sous-Forges
maîtres d’oeuvre: Archicop (architecte mandataire) et MU Architecture
Superficie: 640 m2 shon
Coût: 1 100 000 € ht
Début du projet: 2009
livraison: 2013
Matériaux: Clins de bois, toiture végétale pour absorber les feuilles des arbres, VMC double flux

 

Les lauréats de la même année