Nadau Lavergne Architectures

Nadau Lavergne Architectures

Vincent Lavergne & Jérémy Nadau associés à Jean-Bernard Nadau.
Video
Vincent Lavergne et Jérémy Nadau (nés en 1982) sont diplômés de l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette. Ils fondent leur agence Nadau Lavergne Architectures en 2008 et sont rejoints par Jean-Bernard Nadau.
Passionné par l'art, la sculpture, l'histoire et les questions de société, Vincent Lavergne entame un cursus à l'École professionnelle supérieure d'arts graphiques et d'architecture de la ville de Paris. Devenu assistant d'architecte en 2004, il poursuit ses études à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette où il fait la connaissance, en troisième année, de Jérémy Nadau, qui vient d'arriver à Paris après un premier cycle à Bordeaux. Intéressé par les utopies urbaines de Charles Fourier, d'Archizoom et par la posture critique de Rem Koolhaas, Vincent croit en la dimension politique et sociale de l'architecture, ce qui nourrit le questionnement de Jérémy sur la « fureur des villes » et sa « puissante envie de toucher aux villes afin d'essayer d'en comprendre les mutations ». Après deux ans chez SOA, ils fondent leur agence à Bordeaux en 2008 dès l'obtention de leur diplôme.
Travailler seul était incompatible avec leur conception de l'architecture. Même aujourd'hui, la dualité entre la maison mère bordelaise et l'atelier parisien venu entre-temps la compléter stimule, à distance, un dialogue critique et constructif sur chaque projet. Plus que le programme, c'est le triptyque situation-programme-client qui suscite leur intérêt pour un projet, appréhendé chaque fois comme une histoire différente. Radicaux et « non fluorescents », leurs partis pris se veulent des « utopies réalistes » maîtrisant les budgets mais « explosant à la hausse » le contenu. Soucieux du détail, ils déplorent la réduction systématique du temps imparti au projet.
« L'architecture devant intégrer dans sa chair les écosystèmes qu'elle côtoie, notre approche volontariste du développement durable relève davantage du bon sens que d'une contrainte muselant l'expression architecturale : l'étude précise des contextes nous libère de ses fantasmes. »
Finalistes parmi 450 candidats de la consultation ouverte du projet de requalification urbaine de la voie expresse du Grand Concourse dans le Bronx new-yorkais en 2010, ils ont été nominés au Prix de la Première oeuvre du Moniteur pour leur chai de Château Barde-Haut à Saint-Émilion la même année.
Video
Bardage brut pour grand cru
Saint-Émilion (33)
Le Château Barde-Haut est un domaine de 17 hectares produisant un Saint-Émilion grand cru qui a été racheté en 2000. Depuis, il bonifie son patrimoine y compris architectural, à l’image de son chai agrandi en 2010. Surmonté d’une salle de réception tout en bois, le volume du cuvier s’intercale entre deux maisons basses en pierre du XIXe siècle et assume sa volumétrie industrielle et sa contemporanéité grâce aux panneaux d’acier autopatiné de son enveloppe radicale. À l’arrière, les nouveaux ateliers sont de la même (p)eau dont la couverture, décomposée en quatre séquences, est végétalisée, et dotée au nord d’une éolienne. Ici, le développement durable (puits canadiens, pompes à chaleur) comprend aussi la protection du terroir et du territoire. Nadau Lavergne Architectures doit également livrer un chai au Château Smith Haut-Lafitte.
 
Localisation: Saint-Émilion (33)
Programme: Chai, cuvier, salle de dégustation, bureaux, ateliers
Client: Vignobles Garcin
maître d’oeuvre: Nadau Lavergne Architectures
Superficie: 1 800 m² SHON
Coût: 3 500 000 € ttc
Début des études: 2007
livraison: 2010
Matériaux: Béton, acier, véture acier corten, bois, pierre

 

Video
Une maison bien charpentée
bordeaux-lac (33)
Construite en 1972 à Bordeaux-Lac et devenue obsolète, la maison de la Fédération française du bâtiment souffre de carences d'usage, de comportement énergétique et thermique qui imposent sa réhabilitation complète. Au-delà de ses apparentes radicalité et simplicité, son nouveau concept architectural veut exprimer l'art de bâtir à travers toutes les composantes du monde du bâtiment, l'ouvrage devenant la vitrine de ses savoir-faire. Après dépose des allèges et des baies aluminium existantes, la structure de béton étendue au nord et au sud sera entièrement isolée par l'extérieur, puis revêtue d'un bardage en contrecollé de mélèze. À l'avant, une charpente bois déportée s'animera de manière aléatoire de pans de bois métalliquement articulés et clavetés afin d'en assurer la dilatation et faisant office de pare-soleil.
 
Localisation: Bordeaux-Lac (33)
Programme: Bureaux, salles de conference, espaces exterieurs
Client: FFB Aquitaine
maîtres d’oeuvre: Nadau Lavergne Architectures
Superficie: 5 000 m2 shon
Coût: 7 900 000 € ttc
Début du projet: 2012
livraison: 2015
Matériaux: Béton, mélèze

 

Video
Pent(e) houses
Vétraz-Monthoux (74)
En surplomb d'Annemasse, les versants de la commune savoyarde de Vétraz-Monthoux offrent un exceptionnel panorama jusqu'à Genève et son lac. Les 22 logements intermédiaires en accession s'immiscent astucieusement dans la pente sous la forme de trois barres. Longs de 48 mètres, larges de 8,50 mètres et hauts de 9 mètres, ces parallélépipèdes minimalistes et presque identiques s'inclinent de 15° parallèlement à la déclivité. Ils dégagent ainsi en les étageant de surprenantes terrasses côté ouest avec une large vue sur le paysage genevois. Évitant l'effet de front bâti en ménageant des coulées végétales, cette disposition crée les conditions d'une continuité paysagère et géographique. L'extrême rationalité de son principe constructif privilégiant la préfabrication bois renforce l'intérêt particulier de cette fabrique de paysage atypique.
 
Localisation: Vétraz-Monthoux (74)
Programme: 18 logements intermédiaires
Client: Vue Genève immobilière
maître d’oeuvre: Nadau Lavergne Architectures
Superficie: 2 500 m2 shon
Coût: 4 500 000 € ttc
Début du projet: 2010
Statut: Projet suspendu
Matériaux: Mélèze

Les lauréats de la même année